En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Toulouse > Orientation > Formation > Masters

Un MBA, excellente idée… Mais pour quoi faire ?

Master of Business Administration sonne comme un passeport vers de hautes fonctions. En est-il vraiment ainsi ? Et pour vous, est-ce le bon choix ?

Master of Business Administration sonne comme un passeport direct vers les plus hautes fonctions. En est-il vraiment ainsi ? Et pour vous, est-ce le bon choix ?

Depuis sa création il y a un siècle à Harvard, le MBA a bien évolué. À l’origine, c’est un programme généraliste, dédié aux professionnels en poste (les bien nommés executives) repérés par leur hiérarchie pour occuper des postes de direction.
Mais voilà : d’autres formes ont éclos. Le label pouvant être utilisé librement, les écoles accolent son nom à des programmes qui n’ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres : généralistes ou spécialisés, destinés aux pros, aux étudiants, aux deux… Le prix aussi varie : de 5 000 à 90 000 € en France, et jusqu’à 150 000 € aux États-Unis. Un lourd investissement… À titre de repère, les programmes évoqués ci-dessous coûtent entre 8 000 et 12 000 €.

Profils des participants


C’est la première question à se poser. Le programme que vous visez accueille-t-il des cadres en poste, des chefs d’entreprise ? Et s’il a été conçu pour les étudiants, vérifiez quel est leur niveau : bac +3, 4, 5 ou 6 ? Étudiants et salariés côte à côte À l’ILV (Institut Léonard de Vinci), à Paris-La Défense, on mélange étudiants et professionnels, comme le précise sa directrice générale, Anne Mereyde : « 60 à 70 % des participants sont en poste ou en reconversion. Les autres sont des étudiants qui continuent après un master. » Comme ces MBA spécialisés sont dispensés à temps partiel (souvent un jour par semaine), les salariés continuent à travailler ; les étudiants eux, le suivent en alternance. Le même brassage s’opère au niveau des âges et des parcours : diplômés de sciences, business, droit, etc. « Nous cherchons la complémentarité qui apportera un vrai souffle à nos programmes », avance Anne Mereyde.

Spécialisations tous azimuts


Les disciplines aussi sont variées. L’ILV fait le choix de l’expertise : Smart City et Management des Ecoquartiers, Smart Energy ou encore Intelligence artificielle… « Nous ouvrons un cursus lorsque nous avons ciblé des besoins réels dans les entreprises », souligne Anne Mereyde.
C’est aussi le cas à l’ESG (École supérieure de gestion), présente dans sept villes françaises, qui ne propose pas moins de 30 spécialisations : management du luxe, du sport… Avec une différence notable : ici, les participants sont plutôt des étudiants de niveau bac +3. La formule plaît : « Nous comptions 50 étudiants à mon arrivée, il y a sept ans. Aujourd’hui, ils sont 550 », fait valoir Alain Kruger, directeur des MBA de l’ESG.

Question de cohérence


La vocation du MBA est de construire son réseau, d’une part, et d’ajouter à son profil une compétence qui le complétera intelligemment d’autre part. Exemples typiques : un ingénieur suit un MBA généraliste pour apprendre à manager une équipe ; un diplômé d’école de management choisit un MBA spécialisé pour acquérir plus de technicité dans un domaine. Ce n’est qu’au prix de cette cohérence que le label aura de la valeur sur le marché du travail.
À l’école supérieure de commerce EDC Paris, on cherche à répondre à ces deux publics.
Proposant déjà des cursus spécialisés, l’école a décidé d’en ouvrir un généraliste « destiné à des participants de différents horizons, avec au moins trois ans d’expérience », détaille Anne Massie, responsable pédagogique des MBA spécialisés. Et il y aura deux réponses possibles, poursuit-elle : « 1. Je suis un salarié dans une entreprise qui me propose un nouveau poste et je dois me former sur certains aspects. 2. J’ai envie de démarrer une nouvelle carrière, dans un secteur dont je veux connaître tous les rouages ».

LE CHIFFRE


5
C’est le nombre de programmes MBA français présents dans le top 100 mondial du Financial Times : ceux de l’Insead, HEC, Edhec, Essec et EM Lyon. (Source : Financial TimesGlobal MBA ranking 2018)

« C’est la combinaison des compétences qui nous intéresse »


Expert
Gwenola Houdeye - Directrice du développement RH France de Saint-Gobain


Quels profils MBA privilégiez-vous dans vos recrutements ?
Nous suivons de près les programmes dispensés par les écoles car nous recrutons environ 800 cadres par an, dont 20 % sont des jeunes diplômés. Ces profils nous attirent plutôt pour les postes en marketing, finance et management. Nous recrutons des participants de différents MBA, qui peuvent être executives ou non, avec une préférence pour les programmes généralistes.

Pour vous, un candidat justifiant d’un MBA a-t-il un avantage indéniable ?
Cela varie énormément. Faire un MBA pour faire un MBA n’a pas de sens. Cela apporte de la valeur quand il y a une complémentarité entre les formations suivies. Un candidat qui a reçu une formation d’ingénieur puis s’est exposé au management a un réel avantage par rapport aux autres. Ce qui est vrai pour le MBA l’est pour d’autres diplômes. C’est la combinaison des compétences qui nous intéresse. Le diplômé d’un master en marketing qui effectue un mastère spécialisé dans le digital est un bon exemple de profil attractif.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants ?
Déjà, prenez le temps de vous repérer dans l’offre des masters, car elle est pléthorique. Et si certains domaines paraissent séduisants, il faut les confronter à la réalité. Chez Saint-Gobain, nous rendons publiques toutes nos offres d’emploi : il n’y a qu’à les consulter pour se rendre compte des besoins réels d’une entreprise comme la nôtre. J’ajoute que nous recrutons plus de 1 000 alternants chaque année, issus de formations variées. De belles missions sont proposées, n’hésitez pas à nous solliciter !


Guide spécial Masters 2018


→ Des filières qui collent à l’air du temps : quelles sont les spécialités de Masters les plus prisées ?
→ Masters. Des études toujours plus pointues et plus longues : pour plus d'international et de proximité avec les entreprises
Mastères Spécialisés (MS, MSc), Masters, MBA... comment choisir ? Définitions et guide...
Un MBA, excellente idée… Mais pour quoi faire ?
Alternance et Master : c’est fait : l’alternance côtoie les plus hautes sphères
→ Quel Master pour compléter votre profil ? Manager, Technique, Scientifique... selon votre profil choisissez le M qu'il vous faut.
→ Bac +5, ou quand l’anglais devient langue officielle


Réagir sur le Forum Orientation
Le Parisien

Le Parisien
07.12.2018

Retour au dossier Masters
Masters : Un MBA, excellente idée… Mais pour quoi faire ?
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Masters : consultez aussi...

Masters 2018 : les spécialités les plus prisées des étudiants et entreprises

Masters 2018 : les spécialités les plus prisées des étudiants et entreprises

Les besoins des entreprises changent, les envies des étudiants aussi. Aperçu de plusieurs filières devenues très prisées.

Masters (Bac+5). Des études toujours plus pointues et plus longues

Masters (Bac+5). Des études toujours plus pointues et plus longues

Ils jouent les prolongations. Des études au long cours : pour se spécialiser, pour plus d'international et se rapprocher des entreprises...

Quel master êtes-vous ? Notre dossier spécial Masters, MBA, Mastères, MSc...

Quel master êtes-vous ? Notre dossier spécial Masters, MBA, Mastères, MSc...

Masters, MBA, Mastères spécialisés, Masters of Science... l'offres de 3e cycle est très large : pourquoi et comment choisir ? Cahier spécial à retrouver mardi 4 décembre 2018.

Bac +5, ou quand l'anglais devient langue officielle

Bac +5, ou quand l'anglais devient langue officielle

Langues. L’Hexagone rétif aux langues étrangères ? Au niveau master, rien n’est moins sûr. Les cursus anglophones se multiplient. Un vrai plus pour les étudiants ?

Masters : l'alternance côtoie les plus hautes sphères

Masters : l'alternance côtoie les plus hautes sphères

L’apprentissage connaît une progression sans précédent dans l’enseignement supérieur. Peu d’écoles y résistent

« TAGE MAGE » et « TESTS D’ANGLAIS », des apps gratuites pour vous entraîner

« TAGE MAGE » et « TESTS D’ANGLAIS », des apps gratuites pour vous entraîner

Quiz corrigés, tests audio pour la compréhension orale, tests de lecture pour la compréhension écrite… Ces deux apps vous mettent en condition d’examen et vous accompagnent jusqu’au jour J.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESAM - Paris - Ecole Supérieure d'Administration et de Management
L’ESAM, l’école de management du Groupe IGS basée à Paris et à Lyon est...
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements